Le mot de bienvenue

Commune de Jorat-Menthue

Deux noms de lieux désignent notre commune. Le Jorat, « un grand bois » entrecoupé de champs, s’étend au milieu du Plateau, entre le Jura et les Préalpes. Le village de Peney en porte le nom, et avec Villars-Tiercelin frisent le sommet, qui, balayés par la bise noire prennent des allures de Grand Nord pendant la morte saison. La Menthue, drôle de nom pour une rivière, de l’époque celtique il signifierait : « l’eau qui traverse les rochers », son parcours dans des lieux escarpés et sauvages, joue souvent les frontières entre communes. Après avoir marqué de son empreinte la frontière de Villars-Tiercelin avec Poliez-Pittet, elle s’enfonce et creuse une vallée sinueuse, dont les parois raides sont peuplées de grottes.

 

Sur la rive gauche, Dommartin de la commune de Montilliez et à droite, au-dessus de la falaise, voilà Montaubion qui la surplombe, quelques fermes vaudoises groupées dans un mouchoir de poche. On descend et remonte vers Chardonney, là, de chaque côté, les fermes longent le bord de la route. Si on grimpe à pic, on arrive à Villars-Mendraz. Le village s’étale en pente douce avec vue sur les Préalpes et sur l’antenne de Sottens qui se tient fièrement à côté du bâtiment de l’émetteur. En montant la route de la Poudrière, le regard s’ouvre soudain sur la chaîne des Alpes, que l’on peut admirer depuis la table d’orientation dressée au-dessus d’un ancien réservoir dominant le Chalet de Sottens, point oriental de la commune de Jorat-Menthue, plongeant sur le vallon de la Mérine. A prédominance agricole, même si les paysans ne représentent qu’un tout petit pourcentage de la population, notre commune est un îlot de verdure à mi-distance entre Moudon et Echallens, Yverdon et Lausanne, où se rendent la plupart de nos citoyens quotidiennement à leur travail.

 

Notre rattachement au district du Gros-de-Vaud est récent comme la fusion de notre commune, mais tous deux se sont fait presque naturellement,  comme si notre appartenance avait toujours été de soi, car depuis longtemps, l’école, les paroisses, la fromagerie, la banque, ainsi que les associations de communes avaient déjà formés les citoyens à collaborer régionalement et à avoir une vision d’ensemble. Alors, Bienvenue dans notre belle région !

 

Line Gavillet, syndique